l' Age de pierre - Fiche détaillée

Publié le par frankYone

Le jeu du mois

 

Stone Age – L’Âge de pierre

 

De Michael Tummelhofer


Et voici donc un coup de cœur sans contestation possible !

 Une réussite indéniable. En ouvrant la boîte, la première impression (toujours la bonne ?!) est des plus encourageante car le matériel est de toute beauté, de très bonne qualité. Mention particulière pour le magnifique plateau de jeu ( Mention spéciale pour le  dos illustré car j’aime beaucoup quand un éditeur peaufine la finition de ses jeux). Filosofia nous gratifie également d’un cornet en cuir pour lancer les dés, les pièces en bois sont parfaitement finies ( petits lingots jaunes et pavés en glaise rendent très bien sur le plateau).

Le plateau de jeu "central" et les plateaux individuels de chaque joueur : leur village.

Bref, pour un tarif très très accessible, vous vous retrouvez avec en main un jeu irréprochable du côté de la présentation. D’ailleurs, la boîte semble un peu petite pour ranger tout le matériel.

 

 

Présentation : 10/10  Parfait !

 

La lecture des règles est très fluide et ne posera aucun problème de compréhension à qui que ce soit. Parfaitement présenté, on comprend que le jeu est huilé et que toute question y trouvera sa réponse.

Certains lieux comme la Forêt, la Glaisière, la Carrière ou la Rivière ne peuvent recevoir que 7 pions au total.

L’âge de pierre ressemble en fait beaucoup au jeu « Les Piliers de la terre » édité également par Filosofia, du moins dans sa présentation et ses mécanismes de base. La grande différence entre les deux jeux provient de la présence des dés dans l’âge de pierre. Ainsi, lorsque vous placez trois personnages dans la forêt pour récolter du bois, vous lancerez autant de dés que de personnages présents et selon le résultat obtenu, vous gagnerez plus ou moins de ressources. Certains n’apprécieront sans doute pas ce système qu’ils jugeront hasardeux et pourtant ça fait toute la saveur du jeu. Cette légère incertitude de la récolte vous obligera parfois à prendre des risques et à d’autres moments, vous positionnerez un grand nombre de personnages afin d’être certain de récupérer le nombre de  ressources nécessaires à votre stratégie.

 

Cette notion d’incertitude rend d’ailleurs le jeu bien plus vivant, moins « statique » que  Les Piliers de la terre et chose importante s’il en est, augmente considérablement la durée de vie du jeu.

 

Ici le pion bleu est placé dans les champs vous permettant d'augmenter votre niveau en Agriculture de 1. Vous recevrez un pion de nourriture par niveau de connaissance en agriculture et ceci à la fin de chaque tour, lorsqu'il vous faudra nourrir les membres de votre tribu. (juste devant vous apercevez les deux emplacements de la hutte. Deux pions positionnés sur la Hutte vous permet d'accroître votre tribu.


Pour le reste des mécanismes, on oscille entre Caylus et les Piliers de la terre. Chaque joueur place donc ses personnages sur des lieux de production ( forêt-bois, glaisière-glaise, carrière-pierre, rivière-or et chasse-nourriture), des lieux d’amélioration (les champs pour le niveau d’agriculture, l’artisan pour la fabrication d’outil). A noter l’emplacement de la Hutte qui vous permettra de faire goulou-goulou dans la case et ainsi de récupérer à la fin du tour un personnage de plus.

Les cartes Civilisation (en bas à droite) vous octroient certains avantages en jeu mais elles servent surtout à accumuler des points de victoire en fin de partie. A ne pas négliger !!

Des cartes Civilisation vous permettront, en vous positionnant dessus, de remporter certains avantages mais surtout vous permettront de gagner beaucoup de points de victoire en fin de partie.

 

Enfin, des bâtiments vous font gagner immédiatement après leur achat des points de victoire en dépensant différentes ressources pour les acquérir.

 

 Les Bâtiments vous rapportent des points de victoire immédiatement. il suffit de payer les ressources demandées pour les construire dans votre village. Le premier bâtiment à gauche vous rapporte 11 points de victoire en dépensant 1x bois et 2x glaise.

 

 

 

La fin du tour de jeu est toujours un peu stressante en début de partie car elle implique la phase de nourriture. Vous devrez nourrir correctement les membres de votre tribu sous peine de perdre des points de victoire et plus votre tribu s’agrandira, plus cette phase sera difficile à moins de bien planifier votre développement (en développant votre niveau d’agriculture par exemple).

 

Ainsi, les façons de remporter un maximum de points de victoire sont multiples et vous devrez parfaitement décoder la stratégie de vos adversaires pour les contrer sous peine de vous voir distancer en points lors du décompte final, les cartes Civilisation prenant alors toute leur importance.
Selon le nombre de bâtiments que vous possédez, selon le niveau d’agriculture atteint, selon le nombre d’outils stockés au sein de votre village ou selon le nombre de membres de votre tribu, ces cartes Civilisation vous feront gagner plus ou moins de points. Ainsi si vous avez construit 8 bâtiments et que vous possédez des cartes Civilisation correspondantes, vous multiplierez le nombre de bâtisseurs présents sur ces cartes par le nombre de bâtiments présents dans votre village. De même pour les autres attributs.

 

Mécanismes de jeu : 8/10  Pas tout à fait révolutionnaire comme système de jeu donc mais parfaitement huilé d’où cette note plus que correcte.

 

Conclusion :

 

Voilà une grande réussite ! la durée du jeu (comptez 40-60 minutes) fait que vous pourrez y jouer assez souvent. Aucune difficulté pour ce qui concerne la prise en main du jeu, ce qui peut en faire un jeu accessible aux personnes peu habituées à ce type de jeu de gestion.
Un plaisir immédiat donc !
Quant aux parties à répétition, bons nombres de pistes sont à explorer pour réussir à remporter la victoire et une attention particulière aux actions entreprises par les adversaires pour être en mesure de les contrer fera que vous ne vous en lasserez pas de sitôt.

J’apprécie beaucoup Sankt Petersburg du même trio d’auteurs (Michael Tummelhofer est en fait un pseudo - Michael Bruinsma, Jay Tummelson et Bernd Brunnhofer) et suis ravi de voir que leur nouvelle réalisation est tout aussi réussie.

Publié dans Le jeu du Moment

Commenter cet article