Cyclades - le jeu des civilisations

Publié le par frankYone



Il était une fois un passionné de jeux de société.

 

Son désir de créer et d’éditer des jeux le poussa à créer une petite maison d’édition. Le terme Petit n’est pas ici synonyme de médiocrité bien au contraire (vous verrez pourquoi plus loin) mais décrit plus précisément la taille de ladite maison d’édition.

Ainsi pas de bureaux commerciaux, encore moins de salariés en nombre conséquent. Non ! Le strict minimum, une fine équipe de passionnés que les doigts d’une seule main suffisent amplement à dénombrer. Mais la passion l’emporte à tels points que cette personne s’occupe de cette maison d’édition durant son temps libre, ayant d’autre part une activité professionnelle dans un autre milieu que celui du jeu.

Pour tout dire en fait, il s’occupe quasi seul de tout, après son travail. Un travail de titan qui apparaît au grand jour pour le plus grand plaisir de tous, joueurs passionnés.

 

Ainsi, la petite maison a commencé son existence en reprenant à son compte quelques succès ludiques mais très vite à entrepris de développer sa gamme, de développer ses propres jeux.





Les éditions du Matagot sont ainsi à l’origine de l’édition de Khronos et D’Utopia, deux créations françaises réussies pour lesquelles les qualités éditoriales sont évidentes,  de Néfertiti, un superbe jeu de placement et d’enchères, de Dice Town qu’on ne présente plus, des rééditions amplement améliorées de jeux mythiques tels que Art Moderne et du Tigre et Euphrate (Tout juste paru), de Shadow hunters (tout récemment).

 

L’un de mes coups de cœur, l’année dernière, fut pour Les Géants de l’île de Pâques. Matagot a édité alors l’une des plus belles réussites ludiques de l’année 2009. Les graphismes signés Miguel Coimbra sont incroyables et les mécaniques de jeu parfaitement huilés, mélange subtil d’enchères et de placement.




Ce petit préambule n’est là que pour annoncer la sortie prochaine  du prochain jeu signé des Editions du Matagot.
Et le futur bébé s’annonce  prometteur. D’où cette envie irrépressible de rédiger bien avant sa sortie un article le présentant, histoire qu’il trouve son public dès sa sortie. Car en terme de nouveautés, il y en aura beaucoup au moment d’Essen et comme chaque année, le choix important de nouveautés fera que certains jeux ne trouveront pas preneur ou n’auront pas le succès auquel ils pouvaient aspirer car d’autres produits seront sortis juste avant eux ou tout simplement parce que les bourses ne sont pas inépuisables et qu’il nous faudra choisir.

 

Cyclades
(et oui c’est son nom) se veut un jeu de Développement et de conquête avec un brin de diplomatie. Signé du duo d’auteurs Bruno Cathala et Ludovic Maublanc, le jeu ressemble un peu à Mare Nostrum. Un Civilisation-like en plus léger et surtout en mode rapide. Nul  besoin de 7 ou 8 heures pour en venir à bout, celui-ci ne vous demandera qu’une heure et demi dans sa configuration à 5 joueurs.


Bruno Cathala et Ludovic Maublanc est un duo d’auteurs à succès. Ensembles ils ont déjà signé Cléopâtre et la société des Architectes (Days of Wonder), Dice Town (déjà chez Matagot), Paparazzi (eclipse vis Comica) et surtout Mr Jack (Hurrican games).

Ainsi, ce duo d’auteurs nous concocte de sacrés bons jeux et ils deviennent, jeu après jeu, nos références à nous, français, un peu comme le duo Kramer / Kiesling en Allemagne (rien de moins !! plutôt flatteur comme comparaison n’est-ce-pas !).

Si le jeu commence déjà à faire parler de lui, c’est que nous avons là tous les ingrédients nécessaires à une grande réussite : un éditeur qui peaufine ses créations pour satisfaire les plus exigeants d’entre nous, un duo d’auteurs reconnu pour leurs mécaniques de jeu, un illustrateur au talent évident.



Alors Cyclades ?  De quoi est-il question dans ce jeu ?

 

 

Dans Cyclades, chaque joueur est à la tête d’une des 5 cités majeures de la Grèce antique, s’affrontant dans l’archipel des Cyclades pour démontrer leur suprématie. Pour l’emporter, il faudra être le premier à posséder 2 Métropoles.

Ces Métropoles seront obtenues, soit par un développement économique (posséder 4 bâtiments différents soit : un port, une forteresse, un temple et une université), soit par un développement intellectuel (posséder 4 philosophes), soit encore.. en allant tout simplement conquérir militairement une métropole chez l’adversaire… le tout se faisant avec l’appui des dieux ( par le biais d’offrandes….) et des créatures mythologiques.



Le sens du détail de l’éditeur devrait vous plaire à plus d’un titre. Si Miguel Coimbra place très haut la barre avec des illustrations de qualité, sachez que chaque paravent de jeu possède sa propre illustration et que chaque civilisation aura ses propres figurines de Troupes et de Flottes.


L’interaction entre joueurs y sera omniprésent et c’est ce qui fera d’ailleurs, pour moi en tout cas,  l’un des attraits majeurs du jeu. A chaque tour de jeu, après une phase de collecte de ressources, chaque joueur devra choisir un Dieu et aura à cœur de lui offrir la plus haute offrande pour bénéficier de ses avantages. L’astuce de cette phase de jeu réside dans le fait que vous ne pouvez pas surenchérir immédiatement sur un Dieu que vous venez de jouer.

Ainsi si je mise 5 pièces d’or sur Arès et qu’un joueur adverse offre plus que moi, je serai obligé de faire une offrande sur un autre Dieu et non pas sur Arès, en espérant que cette nouvelle offrande soit elle-même supplantée par l’offre d’un autre joueur, ce qui me permettra alors d’enchérir de nouveau sur Arès et ainsi de suite.

Ce système d’enchères a déjà par le passé était utilisé et son efficacité n’est plus à démontrer. Ainsi Evo et Amun-Ré utilisaient ce système d’enchères tendu à l’extrême car il faut bien doser ces offrandes sous peine de ne pas gagner les faveurs du Dieu en question.



Les Dieux offrent chacun des avantages à leurs protégés, Arès vous fera bénéficier de troupes terrestres supplémentaires, Poséidon de flottes supplémentaires tandis que Zeus et Athéna vous permettront d’augmenter respectivement vos prêtres et vos philosophes. Certains Dieux vous permettront également d’accéder à des Actions Spéciales : Ainsi vous pourrez facilement positionner vos flottes avec Poséidon, vos armées avec Arès ou même changer le choix des créatures mythologiques disponibles avec Zeus.


Si les Dieux sont très importants dans ce jeu, il en sera également de même des créatures mythologiques qui pourront, ponctuellement, vous offrir une capacité spéciale, susceptible de faire pencher la balance en votre faveur. Pourquoi pas voler un prêtre adverse avec une Dryade ou changer l’un de vos bâtiments par un bâtiment d’un autre type ( si ce changement vous permet d’avoir les 4 bâtiments différents, vous gagnez ainsi une Métropole !).



Voilà, si comme moi il vous tarde d’avoir ce jeu, sachez que vous pouvez d’ores et déjà pré-commander ce jeu et nous vous ferons bénéficier d’une remise de 10% sur le prix normal (remise effectuée sur toute commande passée avant la disponibilité du produit sur notre site). Pour l’instant, Cyclades est prévu pour fin octobre (le vendredi 23 octobre ?).

Le site de la Boutique

Publié dans Jeux de Société

Commenter cet article

bdm 08/10/2009 20:11


merci pour cette belle présentation élogieuse... j'espère que le jeu ne vous décevra pas !!!

(ceci dit... avec ludo.. on aime bien bosser ensemble.. mais kramer kiesling... on est encore des nains à côté !! ;-))