Sid Meier's Civilization - Le Jeu de Plateau

Publié le par frankYone

Ceci est la reprise d'un article de Monsieur fabrice mateo que j'ai récupéré sur le site Boardgamegeek.

Ayant trouvé son compte rendu plutôt inspiré, je vous le poste ici.

Le jeu sera disponible d'ici quelques semaines en version française, édité bien sûr par Edge Entertainment et

il est dès maintenant en réservation

sur notre site avec une remsie de 10%

.

 

Sid Meier's Civilization : The Board Game est un jeu stratégique de gestion de civilisation. Vous vous développez à travers les âges pour atteindre un des quatre types de victoires autorisées : culturelle, économique, militaire ou technologique. Disons-le, tout de suite, ce jeu n'a rien à voir avec la version du même nom publiée par Eagle Games en 2002.

Adaptation fidèle de la série de jeu vidéo, Sid Meier's Civilization, il se distingue de son homonyme d'Eagle Games par une durée de jeu largement réduite (4 heures à 4 joueurs) et des mécanismes moins lourds et plus naturels. C'est un jeu épique mélangeant le côté gestion de ressources des jeux allemands et le fun des jeux américains. Une version française éditée par Edge est prévue pour l'été 2011.


Immersion : 5/5

La qualité et la quantité du matériel annoncent la couleur... elle est gagnante car les mécanismes servent parfaitement l'objectif. Vous fondez des villes, bâtissez des bâtiments, édifiez des merveilles , enrôlez des personnages illustres et des unités militaires mais surtout vous suivez des yeux la matérialisation de ses actions sur le plateau, vous donnant ainsi l'impression d'être véritablement à la tête d'une civilisation en train de se développer. Dommage simplement que le nombre de villes soit limité à 3 (si vous avez découvert l'irrigation). La durée de la partie (1 heure par jouer environ) est nécessaire et suffisante pour livrer un côté épique à l'aventure qui elle est renforcée par les relations diplomatiques entre les joueurs, omniprésentes.



Originalité : 2/5

Un jeu de civilisation n'a plus rien d'original de nos jours d'autant plus quand il s'agit de l'adaptation de la célèbre licence de jeu vidéo. Les mécanismes non plus n'ont rien de révolutionnaires, exception faite du principe de pyramide technologique. A l'inverse de la grande majorité des jeux de civilisation qui exploitent un arbre de technologie instaurant des pré-requis obligatoires pour découvrir une nouvelle technologie, ici la seule condition (en sus d'un nombre de commerce suffisant) est d'avoir une place de libre dans sa pyramide. Selon le principe suivant : il faut deux technologies d'âge I à la base pour découvrir une technologie d'âge II; deux technologies d'âge II pour découvrir une technologie d'âge III, etc. Une autre (petite) originalité consiste à dissocier la présence physique des armées et leur force avec les pions armés d'un côté qui parcourt le plateau et de l'autre, les unités sous forme de cartes dans la main du joueur.


Jouabilité : 4/5

Le micro-management peut paraître un peu léger pour certains acharnés de la gestion calculatoire mais les cinq phases d'un tour s'enchaînent d'autant plus facilement que trois sont simultanées (le début du tour, le commerce et la recherche). Une petite lourdeur cependant avec le choix de la ville vers qui envoyer l'exploitation des colons/éclaireurs qui s'effectue à la phase I alors que l'action de la ville en question ne se produit qu'à la phase III. Outre le système ingénieux de recherche technologique (voir immersion), celui de combat, sans hasard, ne ralentit guère la vitesse du jeu. Enfin il est nécessaire de préciser qu'il n'y a pas d'élimination de joueurs au cours de la partie puisque si une capitale est conquise, le jeu s'achève.



Interaction : 4,5/5

Outre le fait qu'il s'agit d'un jeu avec déplacement de troupes militaires et civiles occasionnant des rencontres et donc des batailles, l'interaction est amplifiée par la limitation du nombre de bâtiments à construire pour chaque type (exemple : si une course à la construction de casernes s'engage, vous feriez mieux de ne pas rester à la traîne car il n'y en a que cinq de disponibles au total.), et des ressources du marché. De plus une phase entière du tour de jeu est consacrée à la diplomatie. Vous pouvez échangez des jetons ou des cartes de cultures, des points de commerces, des ressources et promettre ou menacer sans que vous soyez obligé de respecter la parole donnée. A chaque instant, tous les joueurs sont maintenus engagés dans la partie. Aucun temps mort.


Durée de vie : 4,5/5

Six civilisations différentes et 14 tuiles de cartes garantissent un grand nombre de configurations initiales. Les unités des armées sont tirées au sort, de même que les cartes cultures, les personnages illustres, l'ordre d'arrivée des merveilles, les huttes et les villages barbares. Difficile dans ces conditions de rejouer deux fois la même partie. Cette durée de vie devrait, si les ventes suivent, être augmentée par l'arrivée de probables extensions, le jeu s'y prêtant parfaitement.



Matériel : 4,5/5

La boîte regorge de matériel et il est somptueux. Jugez plutôt la quantité : 6 plateaux individuels avec double cadrans indiquant l'avancement en commerce et en pièces d'or, 224 cartes technologiques et militaires, 12 cartes merveilles et leur marqueur, le plateau de jeu composé à partir des 14 tuiles de cartes à disposition, 1 autre plateau pour le marché, 55 cartes d'unités militaires, 18 marqueurs de personnages illustres, 49 marqueurs de bâtiment, 30 figures en plastiques représentant les armées et les colons/éclaireurs... Dommage simplement que FFG ne fournisse pas en nombre suffisants les sachets zip et que les cartes d'unités militaires soient un peu trop minces.


Règles : 4/5

Trente deux pages au format A4 avec index. Elle est aérée et moyennement illustrée. Quelques points d'interrogations mineurs subsistent que la FAQ n'a pas encore résolu mais cela ne devrait pas tarder.


Opinion du testeur : 5/5

L'esprit du jeu vidéo et le souffle épique sont présents du début à la fin de la partie. La jouabilité, l'interaction et la diplomatie de ce jeu garantissent des parties acharnées, riches, avec des rebondissements et animées. Ce n'est pas un jeu à mettre en toute les mains, les joueurs débutants seront noyés par le flot d'informations, mais les joueurs occasionnels, pour peu qu'ils soient familiarisés avec le jeu vidéo et avec l'anglais (en attendant la vf), trouveront leur compte.

Note finale (somme des huit critères * 2,5) : 84 %

Publié dans Jeux de Société

Commenter cet article